Voici ce que vous pouvez appeler  une « actualité orientée »… Mais prenez le temps de lire, c`est pour une bonne cause !

Voici une présentation de l’association que j`ai créée avec quelques professionnels des T.I.C. (Technologies de l`Information et de la Communication) : la bien-nommée Action T.I.C. pour agir ensemble, localement, pour le numérique et la net-économie.

Action T.I.C., agir ensemble localement pour la net-économie

Il y a bientôt un an, je réfléchissais à la meilleure façon d`allier mon métier, mon territoire, la transition numérique et le désir de transmettre une certaine vision de l`économie locale, du partage et de la mutualisation des moyens.

Cela ne semble pas évident lorsque votre spécialité est par essence virtuelle et sans frontière pensez vous. Et pourtant !

Premier Constat : dans le web comme partout, il y a une nette différence entre bricoler et construire

Les métiers du numérique et de la communication digitale (un champ restreint , je le concède, des T.I.C.) sont à la fois considérés comme des activités d`avenir et sont quasi inconnus des entreprises qui en ont besoin.
Parce que « faire un site web » ou communiquer sur internet a longtemps été considéré, au mieux comme le travail d`une agence de com`, au pire comme le truc simple et gratuit que peut réaliser le fils du cousin du voisin…

Dans le domaine du numérique comme dans celui de la construction il y a une différence entre construire la « caabaneu au fond du jaardain » et bâtir une maison solide et pérenne.
Une maison est généralement construite par différents corps de métiers, de l`architecte au décorateur en passant par le maçon, l`électricien, le plombier, le carreleur… Il en va de même pour un site web : le graphiste n`est pas forcément développeur pas plus que le web-marketeur saura nécessairement intégrer vos photos ou réaliser votre logo…

Ces dernières années le développement du monde digital et de la net-économie a permis de créer de belles filières de formation d`où sont issus désormais de nombreux et excellents professionnels.

Deuxième Constat : des métiers méconnus et pourtant de plus en plus répandus

La filière des métiers du numérique est en plein essor depuis plusieurs années.
Si de nombreuses études parlent des professions qui seront amenées à disparaitre dans les cinquante prochaines années, c`est du en partie, que nous le voulions ou non, à l`évolution de nos sociétés vers le digital.

De vous à moi, c`est un constat, pas une prise de position pour la virtualisation de nos rapports économiques et sociaux.

Ces nouveaux jobs sont donc prisés par les étudiants et les personnes en reconversion : développeur web et/ou sur mobile, graphiste, intégrateur, gestionnaire de trafic, content manager, e-marketeur, webmaster, community manager…

Si certains de ces nouveaux professionnels sont employés au sein d`entreprises ou d`agences web et/ou de communication, nombreux (par choix, par nécessité) sont ceux qui sont venu grossir le contingent des indépendants, auto-entrepreneurs et autres micro-entreprises (j`en sais quelque chose, j`en fais partie !).

Troisième Constat : les clients potentiels vont chercher parfois très loin des solutions proche de chez eux

Coté offre, notre région est extrêmement efficace dans la formation à ces métiers des T.I.C., nos villes et campagnes regorgent donc aujourd`hui de talents dans ces professions…

Coté demande, le marché est en perpétuelle expansion, pour ne pas dire explosion : l`économie s`appuie de plus en plus sur le numérique et les clients potentiels sont de plus en plus nombreux dans toutes les filières, de l`industriel à l`artisan en passant par le commerçant, les professions libérales et les institutionnels.

Mais voilà, à économie virtuelle, marché dématérialisé; la recherche et le choix d`un prestataire par un donneur d`ordre repose, en général, avant tout sur le rapport qualité-prix, en ne tenant pas compte de facteurs pourtant essentiels comme la proximité, la réactivité, le contact direct.

M. Untel de Gaillac veut réaliser un site de vente de conserves. En cherchant « simplement » sur son moteur de recherche préféré il trouvera à coup sûr une agence web ou un prestataire bien référencé.e qui a déjà fait la même chose, ou un site super beau qui lui fait envie. Et que ce fournisseur soit à Lyon, Rennes, Paris ou au bout du monde, il s`en moque. Seul le résultat compte, du moins celui qu`il voit et qu`il veut obtenir.

Vous croyez que j’exagère ? Regardez les « signatures » des sites d`un territoire donné, vous verrez qu`une très grande partie sont développés et maintenus par des prestataires extra-territoriaux.

Je vous entends d`ici et, je vais vous dire, je suis d`accord avec vous : à la base, ce n`est pas très grave. Que le site du M. Untel de Gaillac soit réalisé par la société Unetelle de Lyon ou de Bruxelles, c`est la loi d`un marché dématérialisé et dynamique. Certes.
Mais, sans pour autant prôner le protectionnisme, ne voyez vous pas l`atout et même la nécessité qu`il y aurait à proposer à M. Untel une alternative « locale », et de lui offrir cette opportunité de choix ?

Grâce et avec le numérique, agir ensemble, localement pour la transition « technico-écolo-nomique »

Inversons l`approche, considérons :

  • Un territoire, une zone économique qui cherche à maintenir sa cohésion et permettre à chacun d`y vivre et de s`y épanouir
  • Au sein de ce territoire
    • une demande de plus en plus forte pour des prestations « autour du web »
    • une offre professionnalisée, pluridisciplinaire et compétente sur ce domaine

Action T.I.C. veut (re)créer le lien entre les donneurs d`ordre et les prestataires de ces métiers en démontrant que le numérique peut lui aussi participer au mouvement de relocalisation de l`économie.

L`association porte des valeurs simples, inspirées de l`économie solidaire et de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) et cherche à donner visibilité et reconnaissance aux prestataires locaux des métiers du numérique.

La transition est un terme certes à la mode mais qui prend ici tout son sens :

  • Transition numérique : nous accompagnons les entreprises en recherche de solutions et de nouveaux marchés dans le monde numérique.
  • Transition économique : en favorisant les interactions locales, nous participons à maintenir et développer un secteur économique d`avenir.
  • Transition écologique : cela peut sembler « à la marge », mais les deux premiers axes de transition participent également à celui-ci. Et nous associons nos actions à des offres de services dédiées et également relocalisées, comme l`hébergement sur des serveurs régionaux.

En conclusion, adhérer à Action T.I.C. c’est promouvoir notre territoire et son activité économique

C`est à dessein que ce texte ne parlait jusqu`ici que de « territoire » sans nommer celui qui est au cœur des actions de l`association : le Tarn (et quelques zones limitrophes).

Action T.I.C. défend un modèle qui s`interdit tout protectionnisme, conservatisme ou communautarisme !
Ce que nous lançons sur notre département pourrait aisément être reproduit « ailleurs ».
Nous avons même le secret espoir que le nom de l`association sera dans l`avenir systématiquement accolé à un territoire et que de nombreux Action-TIC agiront localement et interagiront nationalement pour assurer la réussite d`un modèle que nous croyons à la fois efficace et bienveillant.

Pour en savoir plus, vous pouvez commencer par visiter le site de l`association : https://action-tic.fr/
Vous pouvez également adhérer sur HelloAsso : https://www.helloasso.com/associations/action-tic/adhesions/adhesion-a-l-association-action-t-i-c/

T.I.C. Tarn Tour 2019 Action TICEnfin, en ce mois de juillet 2019, nous avons lancé un « TIC Tarn Tour » à destination des prestataires du numérique du territoire (des événements à l`attention des entreprises donneuses d`ordre suivront).
Cinq dates dans cinq tiers-lieux, espaces du co-working du Tarn, tous les détails et inscription ici : T.I.C. Tarn Tour 2019 Action TIC

 

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une coquille, merci de m`en informer en sélectionnant le texte concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée.
La langue française et moi-même vous en serons reconnaissants !